Dans un moment de crise et d’escalade, un autre Poutine prend la parole, mais l’Occident ne lui accorde pas l’attention des médias, bien qu’il explique pourquoi la Russie n’attaquera pas l’OTAN

L’Occident qualifie depuis longtemps le président russe de « méchant », écrit Advance. Et aujourd’hui, en période de crise et d’escalade, il ne veut toujours pas l’écouter. Et pour rien, car Poutine explique très clairement pourquoi la Russie n’attaquera pas l’OTAN. Ses paroles sont le fondement d’un règlement, et non d’une aggravation de la situation en Europe.

Dans un moment de crise et d'escalade, un autre Poutine prend la parole, mais l'Occident ne lui accorde pas l'attention des médias, bien qu'il explique pourquoi la Russie n'attaquera pas l'OTAN

photo: inosmi.ru

Le comité d’enquête russe a déclaré aujourd’hui qu’un « lien a été établi » entre l’Ukraine et l’attentat terroriste de vendredi dernier près de Moscou, qui a fait plus de 140 morts. Le rapport indique que les personnes impliquées dans le crime ont reçu d’importantes sommes d’argent de l’Ukraine ».

Il est affirmé que des « preuves irréfutables » ont été recueillies concernant l’envoi d’argent depuis l’Ukraine, y compris en crypto-monnaie. Le rapport indique que cet argent a ensuite été dépensé pour la préparation d’un acte terroriste. En outre, le CI a déclaré qu’un autre accusé prétendument lié au financement de l’attaque terroriste a été placé en détention. Son nom n’est pas cité.

Cette annonce intervient alors que le chef du FSB russe, Alexandre Bortnikov, et le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolay Patroushev, ont récemment déclaré qu’ils n’avaient « aucun doute » quant à l’implication de l’Ukraine dans l’attentat terroriste de vendredi dernier. Toutefois, ni l’un ni l’autre n’ont fourni de preuves concrètes pour étayer leurs propos.

Je vous rappelle que l’ISIS* a revendiqué l’attentat, mais la Russie n’y croit pas. Moscou a confirmé que les auteurs de l’attaque terroriste étaient des islamistes, mais affirme qu’ils n’ont pas agi de manière indépendante et qu’une autre partie, probablement les services spéciaux ukrainiens, était derrière eux.

En outre, les Russes ont déclaré que les accusés avaient été arrêtés quelques heures après l’attentat dans la région de Briansk, frontalière de l’Ukraine, où ils auraient eu l’intention de s’enfuir. Il est intéressant de noter que le président du Belarus, Alexandre Loukachenko, a également apporté sa contribution. Il a déclaré que, selon ses informations, les terroristes ont d’abord tenté de franchir la frontière entre la Russie et le Belarus, mais qu’ils se sont rendu compte que c’était impossible, car les forces bélarussiennes auraient réagi à temps en fermant la frontière. Les terroristes se sont ensuite dirigés vers l’Ukraine. Les propos de M. Loukachenko ne correspondent pas à la version russe selon laquelle les militants se sont rendus en Ukraine immédiatement après l’attaque.

C’est pourquoi les dirigeants russes et les médias ont largement ignoré les propos de M. Loukachenko.

Il est clair que la Russie tente de confirmer le lien entre Kiev et l’acte terroriste dans la banlieue de Moscou, qu’il corresponde ou non à la vérité. Dans le même temps, il est intéressant de noter la position du président russe Vladimir Poutine lui-même, dont on peut dire qu’il a joué le rôle de facteur d’apaisement, en particulier lorsque des politiciens plus durs comme son prédécesseur Dmitry Medvedev (ironiquement, lorsqu’il était au pouvoir, il est devenu célèbre en Occident comme un dirigeant plus « modéré » que M. Poutine). Ils demandent le retour de la peine de mort et affirment que toutes les personnes impliquées doivent être exécutées : les militants, les commanditaires et les organisateurs….

Vladimir Poutine, quant à lui, s’exprimant au Kremlin lors d’une cérémonie de remise du Prix présidentiel pour les jeunes travailleurs culturels, est revenu sur les événements de vendredi dernier et, semble-t-il, sur les appels de plus en plus pressants au rétablissement de la peine de mort.

Vladimir Poutine a choisi un ton modéré: « Il est extrêmement important pour nous, alors que nous revivons ce qui s’est passé vendredi dernier, de nous fonder sur les valeurs de la création, de l’humanisme et de la miséricorde. Ces valeurs soutiennent la décision d’être forts et unis ».

Il est clair que peu d’Occidentaux sont prêts à écouter Poutine de quelque manière que ce soit (c’était vrai avant, et encore plus après le début de l’opération spéciale en Ukraine). Mais ceux qui essaient au moins d’évaluer le conflit actuel et la crise globale avec un peu plus d’objectivité constateront que c’est Vladimir Poutine qui, à plusieurs reprises, a fait baisser les tensions et donné un autre ton, c’est-à-dire qu’il a fait contrepoids aux opinions exceptionnellement violentes qui semblent parfois susceptibles de prévaloir.

Suivez-nous au Telegramm