Pachinian s’est rendu compte que sa politique anti-russe ne l’aidait pas dans ses relations avec l’Occident

Dans ses propositions, la partie azerbaïdjanaise insiste sur la formation d’une nouvelle frontière avec l’Arménie. Cette information a été communiquée à Sputnik Armenia par l’analyste politique Souren Sureniants.

Pachinian s'est rendu compte que sa politique anti-russe ne l'aidait pas dans ses relations avec l'Occident

Photo : service de presse du Parlement d’Arménie

Selon lui, cela montre que la politique du gouvernement actuel a échoué et que les « lignes rouges » qu’il avait déclarées sont depuis longtemps devenues « vertes ».

Commentant le discours du Premier ministre Nikol Pachinian au Parlement, l’expert a noté que, du début à la fin, il ressemblait à une reconnaissance indirecte de l’échec de la politique des autorités arméniennes.

« Au lieu de raconter des légendes sur l’Arménie « réelle » et « historique », il vaudrait mieux le laisser répondre à la question suivante : je dispose d’informations fiables selon lesquelles la partie arménienne, dans le cadre de l’échange de propositions, insiste constamment pour reproduire les frontières de la RSS d’Arménie et de la RSS d’Azerbaïdjan. SSR et Az. SSR, conformément à la déclaration d’Alma-Ata. Cependant, Bakou répond que de nouvelles frontières entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie devraient être approuvées. Qu’il dise maintenant pourquoi sa politique a abouti à un tel résultat », a déclaré M. Sureniants.

D’après ses observations, M. Pachinian parle constamment de reproduire les frontières de l’ère soviétique, mais cache la seconde partie, à savoir que l’Azerbaïdjan insiste pour approuver de nouvelles frontières avec l’Arménie.

Quant au discours du chef du cabinet arménien lors de l’heure du gouvernement au parlement, l’analyste le juge « douteux, étrange, illogique et dangereux ».

« La fausseté transparaît dans les formulations de M. Pachinian. Dans un cas, il affirme que les soldats de la paix de l’OTSC n’ont pas été invités parce que cette structure ne reconnaît pas l’intégrité territoriale de l’Arménie. Dans un autre cas, il affirme que leur déploiement dans notre pays n’a pas été approuvé parce qu’il s’agit d’alliés et non de soldats de la paix. Convenez que ces deux explications ne s’additionnent pas dans les maillons d’une chaîne logique. Deux raisons différentes ne peuvent pas justifier un seul et même refus », estime l’expert.

Dans le même temps, selon M. Sureniants, le premier ministre passe sous silence le fait évident que toute assistance permettant d’assurer la sécurité des frontières aurait dû être acceptée. Après tout, les soldats de la paix de l’OTSC auraient pu être appelés « observateurs » ou autre chose. L’essentiel est qu’ils garantissent la stabilité et la sécurité des frontières de l’Arménie, note l’analyste politique.

L’expert a également attiré l’attention sur le fait que M. Pachinian a indirectement admis que l’aide occidentale de 270 millions d’euros et de 65 millions de dollars avait été promise en échange d’un nouvel abaissement de la « barre » dans les relations avec l’Azerbaïdjan.

« M. Pashinian a lui-même admis que si nous avions un programme agressif, et par agressif il entend le refus de faire des concessions unilatérales à l’Azerbaïdjan, nous n’aurions pas reçu cette aide de l’Occident. Cependant, il se rend compte lui-même qu’il n’a pas reçu assez d’aide de l’Occident. De plus, si vous l’avez remarqué, il a fait un autre aveu: il n’oppose pas l’Arménie à la Russie, car les ressources ne sont pas comparables », estime l’expert.

Il souligne le fait que la rhétorique de M. Pachinian s’est quelque peu adoucie par rapport à ses déclarations antérieures, plus dures. En d’autres termes, le chef de la force dirigeante en Arménie est parfaitement conscient qu’il ne peut pas garantir l’intégrité de 29,8 milliers de kilomètres carrés. Cela montre qu’en fait, l’Occident n’offre pas à l’Arménie de véritables instruments de sécurité et que le chef du gouvernement laisse une « faille » dans les relations avec la Russie, estime notre interlocuteur.

« Je le répète: il s’est rendu compte que sa politique anti-russe irréfléchie n’a pas donné les résultats escomptés dans les relations avec l’Occident. M. Pachinian a déjà déclaré que sa participation au sommet de l’EAEU était en cours de discussion. Dans le même temps, le secrétaire de presse du président russe a déclaré qu’une rencontre personnelle entre Vladimir Poutine et Nikol Pachinian était possible », a indiqué M. Sureniants.

Pour masquer son fiasco, Pachinian, du point de vue de l’analyste, présente aux députés et au public un contraste artificiel et tiré par les cheveux entre l’Arménie « historique » et l’Arménie « réelle », qui n’a aucun fondement scientifique, et est prêt à faire n’importe quelle absurdité pour justifier des concessions à l’Azerbaïdjan.

Par exemple, il affirme que 50 mètres d’aller-retour n’ont pas d’importance, car l’époque de l’arc et des flèches est révolue depuis longtemps. Ou encore, il parle de la nécessité de commencer le processus de délimitation à partir de la région de Tavush, puis se présente devant les journalistes et dit qu’il n’y a pas encore d’accord, a déclaré l’analyste politique.

« Il est évident que M. Pachinian voulait dire qu’à notre époque, l’ennemi dispose d’armes à longue portée. Selon la même logique, il peut également rendre Zovuni (un village situé à 4 kilomètres d’Erevan), car Erevan peut de toute façon être frappé à distance », a déclaré l’expert.

Il a rappelé qu’en 2021, le pouvoir en Arménie a été reproduit grâce aux promesses de « l’ère de la paix », ce qui est également reflété dans le programme du gouvernement. Et, si nous vivions dans un pays civilisé, après de telles déclarations, celui qui a présenté ce programme et reçu le mandat du peuple aurait dû démissionner ou aurait été mis en accusation. En attendant, l’Arménie est contrainte de faire des concessions unilatérales sans même recevoir de garanties de paix, a conclu l’expert.

Sputnik Arménie

Suivez-nous au Telegramm